Kharit

  • Hervé Samb & Daniel Moreno – 2011
  • Musiciens : Hervé Samb (g) & Daniel Moreno (perc)

Mon premier est un guitariste sénégalais, sevré de blues et de mbalax. Emancipé aux sons du jazz, entre Paris et New York, Hervé Samb a coutume de dire qu’il est un « Africain de la ville ». Un musicien à l’écoute de la planète, qui a creusé son sillon en labourant les champs fertiles des musiques afro-américaines. Mon second est un percussionniste mexicain, grandi aux sons du village mondialisé, les oreilles rivées sur l’asphalte de New York qu’il quitte régulièrement pour aller se ressourcer à la terre nourricière, en Amérique latine. Nomade en l’âme, Daniel Moreno est un personnage curieux, au plein sens du terme. Un batteur coloriste, doublé d’un peintre à l’écoute de la nature. L’un et l’autre se sont souvent illustrés auprès des autres, de George Benson à David Murray, tout en prenant le soin et le temps de patiemment développer leur propre univers. L’un comme l’autre sont des musiciens à la croisée de toutes les esthétiques de la Great Black Music. C’est ainsi qu’ils se sont rencontrés voici cinq ans, qu’ils ont appris à se connaître, auprès de la chanteuse rwandaise Somi, mais aussi du maître des claviers Cheikh Tidiane Seck. Pas de doute, mon tout forme une sacrée paire. […] Ensemble, ces deux musiciens sans œillères outrepassent les cadres des frontières stylistiques pour inventer un répertoire poétique, un sens de l’oblique qui rime avec une spiritualité tout acoustique. La batterie de percussions, de toutes tailles et de toutes origines, du bois et des peaux, du métal et de l’eau, s’accorde avec naturel aux cordes sensibles, caressées ou plus frottées, d’une guitare qui prend ici et là des accents de ngoni ou de luth. Jacques Denis